Cahier des charges : Échanges de données BtoB : Dématérialisation, EDI, FTP, “CFT”, RVA

5514

Le cahier des charges "Echanges de données BtoB : Dématérialisation, EDI, FTP, "CFT", RVA a été rédigé par des experts indépendants. Il comporte 310 critères technologiques qui vont vous permettre de rédiger votre cahier des charges. Vous pourrez ainsi comparer les offres du marché et mettre en place votre projet d'échanges de données.

TÉLÉCHARGER CE CAHIER DES CHARGES

Sommaire du cahier des charges "Echanges de données BtoB : Dématérialisation, EDI, FTP, "CFT", RVA...

1 – L’entreprise et le Projet : 22 critères
1.1. L’entreprise
1.2. Le projet
1.3. Plate-forme et contraintes

2 – Fonctionnalités de la plate-forme d’échanges électroniques : 108 critères
2.1. Gestion des échanges avec les partenaires externes
2.2.Gestion des formats
2.3.Gestion des protocoles
2.4.Gestion des Web Services
2.5.Gestion des réseaux à valeur ajoutée (RVA)
2.6.Gestion de l’intégration dans le système d’information
2.7.Intégration technologique
2.8.Intégration EAI
2.9.Gestion des files d’attentes
2.10.Gestion des messages
2.11.Intégration applicative
2.12.Web Services
2.13.Dématérialisation fiscale de la facture

3 – Développement de chaînes de traitement : 43 critères
3.1. Développement
3.2. Traduction et routage
3.3. BPM
3.4. Workflow
3.5. Tests

4 – Administration et Exploitation des échanges électroniques : 32 critères
4.1. Déploiement et mise en oeuvre
4.2. Gestion des utilisateurs
4.3. Supervision et reporting

5 – Gestion de la sécurité : 34 critères
5.1. Garantie de livraison des messages
5.2. Sécurité des connexions
5.2.1. Couche transport
5.2.2. Connexions applicatives
5.3. Gestion des interruptions
5.4. Cryptage
5.5. Gestion des signatures

6 – Performance et scalabilité : 5 critères

7 – Divers : 11 critères

8 – RVA – Réseau à Valeur Ajoutée : 55 critères
8.1. Garantie de livraison des messages
8.2. Garantie et disponibilité
8.3. Services à valeur ajoutée
8.4. Modalité de facturation

 

TÉLÉCHARGER CE CAHIER DES CHARGES

Qu'est-ce que l'EDI (echange de données informatisé) ?

L’EDI est un concept d’échange de données informatisé visant à transférer des informations entre l’entreprise et ses partenaires commerciaux, d’ordinateur à ordinateur, en utilisant des réseaux et des formats normalisés.

Les informations du système informatique de l’entreprise émettrice transitent via des réseaux vers le système informatique de ses partenaires pour y être intégrées automatiquement.

L’EDI a pour vocation de réduire les interventions humaines dans le processus de traitement de l’information. On parle alors de dématérialisation de l’information.

L’Echange Electronique Professionnel (EEP) ou échange de données “BtoB” (pour “Business to Business”) couvre toutes les formes d’échanges électroniques entre plusieurs entreprises et repose sur l’EDI, les transferts de fichiers via FTP ou un logiciel CFT (Cross File Transfer)

TÉLÉCHARGER CE CAHIER DES CHARGES

Introduction du cahier des charges "Echanges de données BtoB : transferts de fichiers, dématérialisation, EDI, FTP, "CFT", RVA – réseau à valeur ajoutée"

Echanges de données « BtoB »

Apparu dans les années 80 sous l’impulsion de grands acteurs du marché (grande distribution, automobile, banque …), le concept d’échange électronique d’informations est souvent restreint au vocable EDI (Echange de Données Informatisé).
Si l’EDI stricto sensu est en fait un ensemble de normes, il couvre souvent dans l’esprit du public toutes les formes d’échanges électroniques entre plusieurs entreprises ; On parle alors d’Echanges Electroniques Professionnels (EEP), ou échanges « BtoB » (pour « Business to Business »).

Les échanges « BtoB » ont connu une phase d’accélération sans précédent au cours des dernières années, et deviennent un sujet stratégique pour de nombreuses DSI et Directions Fonctionnelles. Le nombre d’interlocuteurs avec lesquels chaque entreprise doit ou peut communiquer sous forme électronique va croissant, qu’il s’agisse d’une évolution subie (par exemple, le client n’adresse ses commandes que sous forme électronique) ou choisie.

En fait, clients, fournisseurs, transporteurs, établissements financiers constituent des écosystèmes, et chacun des acteurs de ces écosystèmes a pris conscience de l’intérêt d’automatiser ses échanges pour mieux travailler ensemble.

Les types de données échangées se multiplient également, passant de la seule Commande à, aujourd’hui, la facture, les flux financiers ou à divers formes de reporting permettant une gestion collaborative. L’échange électronique est alors un facteur de profit pour chaque entreprise en diminuant la durée des cycles ou en transformant la chaîne de traitement, en permettant d’étendre la portée des processus aux clients, fournisseurs, banques et autres partenaires externes. A cet égard, chaque noeud du tissu économique est à la fois producteur et consommateur de données et d’informations.

En tant que consommatrice de données, l’entreprise est soumise à une évolution permanente, qu’il convient d’insérer dans le schéma d’entreprise. En tant que productrice, l’entreprise doit échanger avec une entreprise tierce, un groupe d’entreprises ou même fédérer une communauté de partenaires potentiels afin que l’échange électronique produise une valeur pour tous.

Longtemps, chaque interface a constitué un projet en soi, et il n’est pas rare de voir dans les entreprises des équipements dédiés aux échanges avec un seul interlocuteur, ou à un seul type de flux (commande, paiement, reporting…). La multiplicité des échanges fait qu’il est nécessaire d’envisager de fédérer ces échanges, de les organiser et de créer des plates-formes d’échanges « BtoB » qui fourniront un service cohérent en terme de sécurité, de traçabilité, de synergie et d’évolutivité.

Les composants d’une plateforme d’échanges « BtoB »

Une plateforme d’échange de données inter entreprises recouvre un ensemble de fonctions dédiées. L’entreprise exploitera tout ou partie de ces fonctions selon les processus ou la nature des échanges qu’elle souhaite mettre en place et selon les perspectives d’évolution de ces échanges.

Traduction des données

Un échange de données s’appuie sur un accord entre les parties sur le type de données échangées, leur agencement, et la structure du message. Les variantes sont nombreuses. On distingue d’une part les données structurées et les données non structurée. Parmi les données structurées, les formats EDI et XML sont les plus répandus, déclinés par communauté sectorielle (industrie automobile, chimie, papier, alimentation, distribution, transport…) ou par partenaire d’échange. Cette opération de traduction/détraduction doit être effectuée par chaque partenaire.

Gestion des messages

La plateforme a également pour vocation de « router » et gérer la transmission des informations sous différents protocoles et différents réseaux compatibles avec ceux exploités par les partenaires. Ici aussi les variantes sont nombreuses et peuvent dépendre de communautés sectorielles comme de chaque partenaire. Tous les supports sont utilisés : Transmission réseau, e-mail, e-fax, e-forms…

Réseau d’échange

Tous les modes de communication sont possibles pour échanger entre entreprises. Des réseaux spécifiques (Réseaux à valeur ajoutée ou RVA) ont été développés et sont exploités par de nombreux opérateurs dans la plupart des secteurs d’activité. Ils apportent garantie de service et sécurité dans les échanges. D’autres options existent, telles que les échanges sécurisés de messages de sur internet (EDI-INT) ou les liaisons point à point. La plateforme d’échanges « BtoB » doit être compatible avec tous les modes de communication.
Interface avec le système d’information de l’entreprise

Que les informations soient émises ou reçues par l’entreprise, elles doivent être intégrées avec le système d’information interne à l’entreprise. De cette intégration dépend la souplesse de traitement des informations, la réactivité de l’entreprise et la possibilité de gérer des processus de bout en bout (par exemple et de manière très simplifiée, l’enregistrement d’une commande interne va automatiquement déclencher un message autorisé vers un partenaire, et la validation par retour de ce partenaire sera intégrée à la gestion de la production de l’entreprise). Ces fonctionnalités d’intégration et de gestion de processus sont proches des technologies EAI (Enterprise Application Integration) et BPM (Business Process Management).
Des fonctions transverses complètent également les plateformes d’échanges « BtoB » :
Modules de gestion de la sécurité
Modules de reporting et tableaux de bord

Tendances et évolutions

Les évolutions des entreprises en matière d’échanges « BtoB » sont importantes et structurantes. Elles se reflètent dans l’évolution des plateformes technologiques.

  • Multiplicité des normes et formats à gérer : Après les échanges intersectoriels, les échanges se multiplient avec l’environnement de l’entreprise, les banques (SWIFT…), l’administration… ou avec de nouveaux pays.
  • Développement des processus collaboratifs : les méthodes de gestion accentuent la nécessité de la mise au point de processus collaboratifs toujours plus complets (« De la commande au règlement »). On peut citer par exemple les processus de gestion partagée des approvisionnements, la traçabilité des produits et composants, la traçabilité logistique, la dématérialisation fiscale de la facture, la gestion des stocks de consignation, le RFID ( « Radio Frequency IDentification » ou Identification par Radio Fréquence)… On s’éloigne de fait d’une vision EDI parfois un peu statique, pour une gestion intégrée (la notion d’ « entreprise étendue » prend alors tout son sens) de flux multiformes et permanents.
  • Plateforme multi usages ou multiplication de plates-formes spécialisées ? Deux options s’ouvrent à l’entreprise : s’équiper progressivement, type d’échanges par type d’échanges avec des solutions dédiées ou faire le choix d’une plateforme multi usages afin de pouvoir intégrer tous types d’évolutions dans les échanges ou dans l’intégration de nouveaux processus. Le rôle des échanges pour l’entreprise, leur position dans les chaînes économiques, les options en matière de recherche de productivité détermineront ces orientations. Certains pourront trouver dans l’externalisation une réponse à ces choix cornéliens.

TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT CE GUIDE

Veuillez compléter le formulaire ci-dessous pour télécharger gratuitement la version PDF du document "Cahier des charges : Échanges de données BtoB : Dématérialisation, EDI, FTP, “CFT”, RVA".

Effectif

Fonction

Secteur d'activité

S'inscrire à la Newsletter Guides Comparatifs


AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE